La semaine à reculons: Et roulent les têtes

Simon Cremer

Bonjour! Vous trouverez ici un résumé des sept derniers jours d'activité dans la NBA. Cette semaine a commencé et s'est terminée avec le renvoi d'un entraîneur... 

Lundi

La planète NBA se réveille avec un entraîneur qui perd son emploi: Derek Fisher est démis de ses fonctions chez les Knicks de New York. 

Fisher était la première embauche de Phil Jackson en tant que directeur général à New York. D'un côté, l'embauche était logique, puisqu'il était le meneur de jeu de ses Lakers de Los Angeles dans les dernières années de gloire du Pourpre et Or. Jackson a été embauché il y a deux ans pour justement amener un plan et une philosophie à long-terme dans la ville qui l'a vu grandir comme joueur, et ce plan passait par l'implantation de la stratégie du triangle en attaque. 

De l'autre, cependant, il est rapidement devenu évident que Fisher n'était pas le premier choix de Jackson pour diriger le banc des Knicks. C'était Steve Kerr, qui, à l'époque, était analyste à la télévision. 

On connaît la suite. Kerr a été rencontré par les Knicks et les Warriors de Golden State. Il a préféré ces derniers, et les a transformés en l'une des machines de basketball les plus redoutables des 20 dernières années. 

Est-ce que Fisher commençait sa carrière d'entraîneur avec une prise contre lui? Peut-être. Les Knicks sont encore en reconstruction, mais commençaient à montrer de belles choses. Leur dernière séquence (cinq défaites de suite, et neuf de leurs 10 matchs) semble avoir été le clou dans le cercueil de l'expérience Fisher. 

Qui pourra le remplacer? Il semble que Jackson lorgne Luke Walton, qui a remplacé Kerr au pied levé quand celui-ci a dû s'absenter avec des problèmes de dos. Tom Thibodeau s'est dit prêt à ramper jusqu'au Madison Square Garden pour avoir une telle opportunité. 

Dimanche

La NBA a grosso-modo cédé sa place au Super Bowl. Un match aura retenu l'attention: celui entre les Kings de Sacramento et les Celtics, une victoire de 128-119 des Celtics. 

Fait notoire: le diminutif Isiah Thomas, du haut de ses 5 pi 9 po, a dit "pas dans ma cuisine" en des termes un peu plus colorés au colosse de 6 pi 11 po DeMarcus Cousins. 

Oreilles sensibles, s'abstenir. 

Est-ce là qu'une simple démonstration de la force de "IT", ou faut-il y voir un problème avec les Kings? "Problème avec les Kings" est une expression qui relève de l'euphémisme. L'équipe n'a pas eu la saison la plus facile, bien que le talent est bien là. On reviendra sur leur cas un peu plus loin.

Samedi

Encore un duel au sommet, cette fois entre les Warriors et le Thunder d'Oklahoma City. Fidèle à son habitude, Stephen Curry a pris les choses en main. 

Pauvre Steven Adams. Pendant ce temps, Steve Kerr, lui, était en parfait contrôle, même si l'avance des Dubs a fondu en fin de match.

Il ne faudrait pas oublier que le tandem Kevin Durant-Russell Westbrook a mis 67 points (!) au tableau pour le Thunder. Nous avons concentré beaucoup de notre temps aux Warriors et aux Spurs, sur ce blogue, mais gare à celui qui négligera Oklahoma City en séries.

Vendredi

Boogie Cousins offre une autre performance monstrueuse de 24 points, 10 rebonds et 10 mentions d'aide, mais les Kings s'inclinent 128-119 contre les Nets. Les quoi? Oui, oui, les Nets. De Brooklyn? Ceux-là même. 

Comme ce fut le cas l'an passé, les rumeurs commencent à circuler comme quoi un changement au poste d'entraîneur serait envisagé par la direction des Kings. Mike Malone était la victime l'an passé. 

George Karl est une sommité dans le monde du basketball. Il a entraîné certaines des plus grandes équipes à ne pas avoir gagné de titre, notamment les Nuggets de Denver du tournant des années 2000 et les SuperSonics de Seattle du temps qu'ils étaient finalistes contre les Bulls de Chicago. Il est l'un des sept entraîneurs à avoir passé le cap des 1000 victoires. 

Qu'il soit en danger ou non, Karl ne semble pas inquiet pour son emploi, et donne par ailleurs une excellente entrevue à Zach Lowe ici

Jeudi

Les Warriors, après avoir donné une raclée aux Wizards la veille, rendent visite à Barack Obama à la Maison-Blanche. Obama est un maniaque de basketball et un fervent partisan des Bulls. Il n'a pas loupé la chance de s'amuser un peu avec une des équipes dominantes les plus sympathiques de ces dernières années. 

Quel chic type. 

Mercredi

Les Warriors, tel que mentionné plus haut, démolissent les Wizards à Washington, à un point tel que la performance superlative de John Wall (40 points, 11 passes décisives) est oubliée. Steph Curry réussit 11 tirs de longue distance, à un panier de trois points du record absolu. Il termine la soirée avec 51 points. Pauvre John Wall. 

Un autre fils chéri de Washington n'était pas en reste ce soir-là. Un dénommé Kevin Durant. Vous le connaissez?

Il a de l'antigel dans les veines. 

C'est également mercredi qu'on apprend que Zach LaVine défendra son titre de champion du concours de dunk contre Andre Drummond, Will Barton et Aaron Gordon. On aurait tous voulu voir Andrew Wiggins chauffer son coéquipier des Timberwolves, dans a ville natale, mais semble-t-il qu'on ne peut pas tout avoir dans la vie. 

Mardi

Ceci n'est pas une blague, Adrian Wojnarowski de Yahoo! Sports nous apprend qu'advenant un départ d'Oklahoma City, Kevin Durant pourrait vouloir aller plus à l'Ouest... Avec les Warriors de Golden State. 

Il semble que depuis qu'il est arrivé à OKC, le monde entier veut voir Durant partir dans un plus gros marché, même si le Joueur par excellence 2013 l'a dit lui-même: il veut rester. Durant aime l'anonymat et la familiarité qu'il trouve dans un marché plus petit, aux allures presque collégiennes comme Oklahoma City. Et oui, le voir accepter les passes de Steph Curry serait formidable, mais... vous me permettrez de prendre cette hypothèse avec un gros grain de sel. À venir dans une prochaine discussion sur le BasketPod... 

Lundi

Ben Golliver de Sports Illustrated revient sur le renvoi de Jeff Hornacek par les Suns de Phoenix la veille. Il n'y a pas si longtemps, la formation d'Arizona était à un échange près de s'insérer dans le peloton de tête dans l'association de l'Ouest, mais après l'expérience ratée à trois meneurs de jeu, les Suns ont fait patate. 

Georges et moi en avons parlé ici, dans le plus récent BasketPod.


Le top 6 «As-tu vu ça?!?!» des deux dernières semaines

J'ai manqué une semaine et je ne suis même pas encore père, je n'ai aucune excuse... Mais pour me faire pardonner, je vous propose un deux en un.

Malgré les efforts de Jeff Teague, Archie Goodwin des Suns a trouvé le chemin vers le panier.

Et quelques minutes plus tard, Goodwin s'est dégagé juste assez de Thabo Sefolosha pour décocher le tir de trois points victorieux.

Rajon Rondo n'aurait pas pu trouver meilleure façon de récompenser la recrue des Kings Willie Cauley-Stein d'un beau jeu défensif.

Je suis certain que même après 10 jours, la défense des Rockets ne s'est pas encore remise de cette manœuvre de Kyrie Irving.

L'anneau à Philadelphie se souviens aussi du passage de LeBron James.

DeMar DeRozan a réussi plusieurs jeux spectaculaires au cours des derniers matchs, mais celui-ci est mon préféré.

P.

Wiggins ne dunkera pas, la vie est injuste

Simon Cremer

Le match des étoiles de la NBA approche à grands pas, et cela fait un an que Pascal, Georges et moi militons pour qu'Andrew Wiggins participe au concours de dunks en 2016. 

Et bien, même si ça se passe à Toronto (peut-être pour la seule et unique fois de sa carrière?), et même si un duel de coéquipiers avec Zach Lavine se dessinait, Wiggins a résolument dit non. 

C'est ce qu'a appris notre compatriote Tas Melas, hier soir, alors qu'il était en Nouvelle-Orléans pour le match entre les Pelicans et les Timberwolves, pour l'émission hebdomadaire des Starters, sur le réseau NBA TV. 

À la question "vas-tu participer au concours de dunk", Wiggins a répondu "euh, probablement pas, non". Vous direz que l'ajoute de l'adverbe entre-ouvre la porte, mais on vous déconseille de retenir votre souffle en attendant qu'il confirme sa présence. 

Pour un néophyte, il pourrait sembler impossible qu'une vedette, qui plus est une vedette locale, ne participe pas à un évènement aussi populaire que le concours de dunk. Mais ça n'est pas si simple. Dunker est taxant sur le corps, notamment sur le dos. Les joueurs vedettes, ceux qui ont déjà le plus de bobos, ne sont pas intéressés à en ajouter indûment. Et puis pour gagner un concours de la sorte, il faut faire preuve d'originalité, de flair, il faut mettre du temps et de l'énergie dans la préparation de la routine. Vous pensez que Zach Lavine s'est levé de son lit et a tout de suite fait ceci:

Ou encore, Blake Griffin qui saute par-dessus une voiture

Vous imaginez le désastre si sa jambe était passée par le toit ouvrant? Bref, ç'aurait été formidable d'avoir Wiggins dans le concours de dunk. Peut-être que c'est un coup de poker et qu'en fait il en fera partie. Mais on peut comprendre pourquoi il préfère se désister. Malgré tout.

Les Cavaliers en déroute; 10 ans pour les 81 points de Kobe

Dans le même épisode des Starters, il est question de la dégelée de 34 points subie par LeBron James et les Cavaliers aux mains des Warriors de Golden State, et des 81 points de Kobe Bryant contre les Raptors. Décidément, cette semaine n'est pas chanceuse pour le basketball canadien... 

Le top 3 «As-tu vu ça?!?!» de la semaine

Son absence n'a été que de quelques matchs, mais Steph nous a quand même manqué.

On oublie parfois que Dwyane Wade est l'un des plus grands athlètes du circuit.

Après avoir raté une grande partie de sa première saison dans la NBA, Aaron Gordon commence à prendre sa place chez le Magic, qui est présentement en huitième position dans l'association Est.

P.

Le top 3 «As-tu vu ça?!?!» de la semaine

D'abord, désolé pour le mois sans top 3 ATVÇ. Ensuite, bonne année à tous! Maintenant que cela est fait, voici trois beaux jeux de basketball.

Jimmy Butler des Bulls a battu un record de Michael Jordan hier en inscrivant 40 points en deuxième demie. Il a aussi fait ça le 30 décembre contre les Cavs.

Le lancer de Pat Connaughton des Blazers était horrible, mais ses coéquipiers Tim Frazier et Noah Vonleh ont sauvé la mise.

Marcus Smart des Celtics n'a joué que 12 matchs depuis le début de la saison en raison de blessures, mais cela ne l'empêche pas de tout donner sur le terrain.

P.

Le top 3 «As-tu vu ça?!?!» de la semaine

Cet incroyable dunk de DeMar DeRozan sur Rudy «la tour Eiffel» Gobert aurait été encore plus satisfaisant si les Raptors avaient maintenu l'avance que ce panier leur avait procurée, mais il s'agit tout de même du plus beau «poster» de la saison jusqu'à maintenant.

Ce n'est pas un seul jeu, mais bien une série qui occupe la deuxième place cette semaine. Les Warriors tiraient de l'arrière par 23 points à la mi-temps, jeudi dernier, contre les Clippers et ils ont une fois de plus prouvé qu'ils étaient la meilleure équipe du circuit en revenant de l'arrière.

Comme pour le dunk DeRozan, cet exploit défensif de Karl-Anthony Towns n’a pas permis à son équipe de remporter le match, mais il est toutefois digne de mention.

P.

Les questions au prof Bitar

 1. Les Celtics sont compétitifs avec un alignement un peu anonyme. Ils pourraient ajouter un joueur d'impact sans que ça leur coûte un seul joueur. Est-ce que le choix des Nets va changer de mains avant la date limite des transactions?

Pour gagner un championnat, il faut au minimum avoir une vedette. Si on regarde l'historique des champions de la NBA, toutes les équipes sauf pour quelques exceptions (notamment les Pistions de 2004) avaient au minimum 1 joueur qui est maintenant ou qui va devenir un membre du Temple de la Renommée.

Pour acquérir cette vedette, les équipes peuvent emprunter 3 chemins. Soit la repêcher, l'obtenir dans une transaction ou acheter ses services sur le marché des joueurs autonomes. Les Celtics sont bien placés pour deux de ces options.

Grâce à l'échange de Paul Pierce et Kevin Garnett aux Nets de Brooklyn, les Celtics ont obtenu un choix de repêchage non protégé pour le repêchage de  2016. Vu que les Nets sont parmi les pires équipes de la ligue, ce choix essentiellement peut être pour un des 5 meilleurs joueurs du repêchage (nous pourrons revisiter l'absurdité de cet échange une autre fois).

Les celtics peuvent aussi décider d'échanger ce choix pour une vedette déjà établie dans la ligue. Le nom de Demarcus Cousins circule beaucoup comme candidat potentiel. Mais les Kings auraient intérêt à garder Boogie et tenter de construire leur équipe autour de lui plutôt que de l'échanger et recommencer avec des jeunes.

De plus, les joueurs éligibles au repêchage 2016 sont d'un calibre moins élevé que les année précédentes. Je ne pense pas que les Celtics vont réussir à échanger ce choix pour la vedette qu'ils recherchent.

Bien que Boston va tout essayer pour acquérir un joueur comme Boogie, je pense que le choix des Nets restera avec Boston.

 

2. Est-ce que Byron Scott est tombé sur la tête? Si non, pourquoi est-ce qu'il refuse de faire jouer D'Angelo Russell?

Pas du tout. L'entraîneur des Lakers est de la vieille école. Il croit qu'un joueur doit gagner sont temps de jeu en faisant ce que l'entraîneur lui demande. Si d'autres joueurs gagnent plus de temps de jeu par leur performance sur le terrain, alors il va les récompenser.

Je ne pense pas que c'est une situation où Russell joue mal. C'est une recrue qui fait des erreurs comme n'importe quelle autre. Russell est partant pour l'équipe. Mais les Lakers ont beaucoup de bouches à nourrir. Lou Williams, Nick Young, Jordan Clarkson, Kobe Bryant sont tous des ailliers qui ont besoin de temps sur le terrain, et qui méritent leurs touches de balle car ils jouent mieux que Russell.

En plus, contrairement à d'autres équipes comme les Sixers, les Lakers ne sont pas en mode reconstruction complète. C'est impossible de vendre des billets au prix demandé par les Lakers et présenter une équipe qui n'est pas compétitive à chaque soir, pour permettre le développement des jeunes. Les Sixers le font, et cela se reflète dans le prix aux guichets. Les Lakers eux doivent au moins démontrer l'intention de gagner le match, même si c'est au détriment du développement de Russell.

Scott est bien conscient que le temps de jeu restreint de Russell ne plait pas à tout le monde. Mais il doit faire son travail comme bon lui semble, à sa manière, répondre aux attentes de la direction et présenter aux fans une équipe qui essaie de gagner tous les soirs. Pas facile comme tâche.

3. Les Spurs ont une fiche de 9-2. Ils n'ont pas encore perdu chez eux. Est-ce qu'on peut dire que la greffe de LaMarcus Aldridge est réussie?

San Antonio est une franchise modèle pour plusieurs raisons. Mais l'une d'elle c'est qu'il ne se prend pas de décision intempestive chez les Spurs. Je me rappelle de l'expérience George Hill lorsqu'il a été repêché par San Antonio. Ses premiers match dans la ligue d'été étaient atroces. Il aurait eu de la difficulté à lancer le ballon dans l'océan. Il a terminé sa première saison avec les Spurs avec des moyennes de 5.7 pts, 2 ast et 2 reb par match. Loin d'être des chiffres d'un futur partant dans la NBA. Mais les Spurs ont été patient, ont développé le potentiel qu'ils ont vu en lui, et par la suite l'ont échangé pour un futur joueur défensif de l'année, Kawhi Leonard.

Ce que je tente de démontrer c'est que les spurs sont toujours 2 ou 3 mouvement en avance sur les autres.

LaMarcus a été amené à San Antonio pour gagner un titre cette année. Nous sommes encore tres loin des séries et même de déterminer si les Spurs seront parmi les concurrents au titre. Par contre, ils sont définitivement partis du bon pieds. Ils ont réussi a intégrer LaMarcus passablement. Par contre, son taux d'utilisation en attaque est à son niveau le plus bas depuis son année recrue. Donc, il reste encore de la place à l'amélioration.

De plus, LaMarcus a été aussi ete amener a San Antonio pour prendre le flambeau de Tim Duncan lorsque celui-ci prendra sa retraite. Duncan lui même était dans la situation de LaMarcus lorsqu'il a pris la torche de L'Amiral David Robinson. Donc, Tim a de l'expérience et pourra sans doute rendre ce processus confortable pour tous les partis. Mais une chose que beaucoup de partisans ignorent, c'est que Tim Duncan est parmi les joueurs les plus compétitifs dans la ligue. Il peut paraitre humble et surtout calme en public, mais derrière le rideau se cache un athlète féroce et qui désire gagner en tout temps. En fait, tu ne devient pas un des meilleurs joueurs dans l'histoire de la NBA sans le désire de devenir ce joueur. Ça n'arrive pas par accident. Alors, Tim devra se rappeler de ses premières année et trouver le juste milieu entre passer la torche, et continuer son ascendance dans les livres de records du basketball.

Le top 3 «As-tu vu ça?!?!» de la semaine

On a tous déjà vu le tir insensé de Stephen Curry contre les Grizzlies, alors pourquoi pas en super-ralenti pour faire changement?

« Kawhi Leonard with no regard for his own life!»

Tyler Johnson brise d'abord Marcelo Huertas avec son drible, attaque ensuite Brandon Bass, puis reste suspendu assez longtemps pour finir le jeu.

P.